Today in the city Saint-Hyacinthe 20.09.2019

Le Revolution vient tenir compagnie à l'IMFC

Le Revolution de la Nouvelle-Angleterre a rejoint l’Impact de Montréal au classement dans l’Est à la suite d’une victoire de 2 à 0 devant le Cincinnati FC, dimanche.
Le Revolution présente 30 points à sa fiche, tout comme l’IMFC, mais il a un match de plus à disputer. Les hommes de Rémi Garde occupent toujours le sixième échelon dans l'association.
Charles Gil a procuré les devants à son équipe à la neuvième minute de jeu. Antonio Mlinar Delamea a ajouté à l’avance des siens à la 55e minute.
Matt Turner a été solide devant la cage des siens avec un total de sept arrêts.
Atlanta rebondit après une chance ratée
Gonzalo Martinez a fait oublier le penalty raté par Josef Martinez alors qu’il a touché la cible en fin de match et Atlanta United a signé un gain de 2 à 0 contre le D.C. United.
Gonzalo Martinez a redirigé de la tête le ballon au fond du filet à la 89e minute. Tout juste auparavant, son coéquipier avait raté une chance en or de procurer les devants à son équipe.
L’attaquant vedette s’est exécuté sur un penalty, mais il a figé lorsque Bill Hamid s’est jeté de son côté gauche. Martinez a envoyé le ballon par-dessus la cage.
Ce dernier a cependant porté son total de buts à 16 cette saison dans les arrêts de jeu lorsqu’il s’est retrouvé seul devant le gardien et il a placé le ballon au fond du filet.
Ce résultat permet à Atlanta United de devancer le D.C. United au classement dans l’Est. Il affiche 36 points pour le deuxième échelon, alors que leur adversaire du jour accuse un point de retard.

the source: http://www.rds.ca/soccer/mls/mls-le-revolution-a-rejoint-l-impact-au-classement-avec-un-gain-devant-le-cincinnati-fc-1.6862656?localLinksEnabled=false

See also

Nate Pearson, le futur as partant des Jays?
Les Capitales passent près d'une remontée
Au tour d'Henderson d'être un modèle pour les jeunes
Child marriage in Canada means country's efforts to end it abroad are 'insincere': researcher
James Comey says Trump's presidency is like a 'forest fire'